Archives de catégorie : Italie

Rendez-vous sur la terre du Lambrusco à la Cantina Puianello

Italie- Emilie Romagne- Puianello Au cœur du Lambrusco

 

La vente aux particuliers dans la Cantina Puianello
Vignoble d'un membre de la Cantina Puianello
L épicerie de la Cantina
Vignoble d'un membre de la Cantina Puianello
Vignoble d'un membre de la Cantina Puianello
Vignoble d'un membre de la Cantina Puianello
Découverte du Spergola- cépage endémique
Simone Barozzi et David
L épicerie de la Cantina
Simone Barozzi et David
Les cuves bétons pour les élevages
Cantina Puianello au cœur du Village éponyme
Les cuves closes pour la seconde fermentation
Le secret de la prise de mousse- les chambres froides
Vignoble d'un membre de la Cantina Puianello
gamme de la Cantina Puianello

Interview

L’Emilie Romagne est célèbre pour son fameux fromage Parmigiano Reggiano, pour être le berceau de la Scuderia Ferrari, pour son Jambon de Parme et bien évidemment pour le fameux Lambrusco.

En visite dernièrement dans cette région magnifique de l’Emilie Romagne, nous en avons profité pour aller rencontrer Simone Barozzi qui tient la Cantina Puianello à quelques kilomètres de Reggio d’Emilie. Interview passionnante de cet homme qui n’a de cesse de vouloir revaloriser l’image du Lambrusco.

Continent du Vin : Simone, merci de nous accueillir de votre Cantina. Votre implantation n’est pas commune !

Simone Barozzi : Tout à fait c’est un emplacement un peu atypique car nous sommes en plein centre ville de Puianello qui est une petite bourgade de quelques milliers d’âmes. A mi chemin entre l’Eglise du Village et la Mairie. Ceci montre toute l’importance de la vigne dans notre région, elle est au cœur du village, des conversations et de la vie économique. C’est aussi pour cette raison que depuis 2011, nous avons créé une épicerie fine avec tous les produits de la région.

CdV : Peux-tu nous retracer un peu l’histoire de la Cantina ?

SB : La Cantina a été créé en 1938 à l’initiative de 5 familles qui souhaitaient vinifier eux même leurs raisins et produire leur Lambrusco et mettant en valeur leur terroir ! Le choix de Puianello est apparu comme une évidence, car ce village est le point idéal de convergence de tous les petits viticulteurs installés dans les collines de la région et est situé sur un axe routier de grand importance donc facilitant la logistique.

CdV : Terroir et Lambrusco, c’est une notion bien méconnue du point de vue de la France.

SB : Oui, nous avons bien conscience de la méconnaissance de nos terroirs et surtout de l’image peu qualitative attachée quelques fois à notre appellation. Mais la région de Lambrusco est vaste et diverse, si je devais schématiser il faut bien dissocier les Lambrusco de plaines de ceux des collines. Ici, nous avons majoritairement des Lambrusco de colline situé entre Scandiano et Canossa. Et d’ailleurs nos membres sont situés dans l’appellation spécifique « Colli di Scandiano and Canossa Doc ». Les sols sont principalement des Gypse et des argiles. Une des particularités aussi de notre terroir, c’est un microclimat avec une vent constant venant de la Méditerranée et nous garantissant peu de pluies, peu d’insectes et peu de maladies.

CdV : Aujourd’hui votre Cantina compte combien de membres ?

SB : Certains vous diront que nous sommes de grands malades, car la Cantina regroupe plus de 200 membres et chacun d’eux a en moyenne moins d’un hectare de vigne. La plupart de nos membres font de la vigne par plaisir, de manière ancestrale en toute simplicité. Ils ont le plaisir de pouvoir vendanger leur propre raisin puis de pouvoir boire leur propre Lambrusco !

CdV : Ne me dites pas que vous faites autant de cuvées que de membres de la Cantina ?

SB : (sourire) Bien sûr que non, on produit déjà près d’une trentaine de cuvées ce qui est déjà énorme. Le plus compliqué c’est la gestion de l’arrivée du raisin à la Cantina lors des vendanges.

CdV : Oui au vu de vos installations, je vois que ça doit être une sacrée organisation !

SB : Oui, en fait notre responsable culture, passe ses semaines d’août et de septembre, à visiter tout nos membres puis leur donne le timing de vendange afin que nous puissions vinifier individuellement nos différents Lambrusco, on en dénombre pas loin de 25 variétés différentes. On doit ensuite bien séparer les raisins Bio des non Bio et suivre rigoureusement les fermentations. La part des raisins Bio progresse fortement chaque année chez nous.

CdV : A ce propos, parlez-moi un peu des vinifications du Lambrusco.

SB : Alors, tout commence par l’égrappage puis la mise en cuve pour la période de cuvaison et de fermentation. Chez nous, on utilise des levures indigènes, et le fermentation peut durer environ 3 semaines à un mois. On produit alors un vin rouge tranquille, à ce stade pas de bulles, pas de prise de mousse et surtout on ne fait pas de malolactique pour garder de la fraîcheur dans nos vins !

CdV : Et la prise de mousse alors ?

SB : En fait, on va procéder à la prise de mousse au fur et à mesure de nos besoins. Mais traditionnellement pour cette prise de mousse, on n’ajoute ni sucre, ni levure afin faire reprendre la fermentation.

CdV : Ok, mais alors c’est quoi le secret ?

SB : Tu vois ces grands frigos au fond du chai, ici on y conserve une partie de nos moûts de septembre à une température très basse. Et c’est ces moûts que l’on va réintroduire dans les cuves closes avec notre vin à hauteur d’environ 15/20 % et les fermentations vont redémarrer provoquant l’apparition du CO2 et donc la prise de mousse, cette fermentation prend environ 3 semaines. On ne fait qu’utiliser ce que la nature nous donne.

CdV : Si mes souvenirs sont bons vous embouteillez avec 3 Bars de pression ?

SB : Tout à fait, l’ajout des moûts dans les cuves closes permet le redémarrage de la fermentation sachant que 4 g de sucre par litre permet d’obtenir 1 Bar de pression. Il faut donc environ 12 g de sucre par litre pour obtenir nous fameux 3 Bars. Et à la Cantina Puianello nous utilisons donc que les sucres naturels du moût.

CdV : Mis à part le Lambrusco produisez-vous d’autres vins et cépages ?

SB : Oui, nous produisons notamment des blancs et vins tranquilles et en bulles avec le Spergola qui est un vieux cépages de la région que nous remettons au goût du jour. On produit aussi du Malvasia di Candia.
Pour revenir sur le Lambrusco, nous avons les variétés Marani, Maestri, Salamino, Ancellotta mais aussi de très vieilles variétés comme le Montericco, le Barghi et le Marzemino. C’est l’assemblage de ces variétés qui apporte toutes les nuances de nos Lambruscos.

CdV : Merci pour toutes ces explications Simone !

SB : C’est avec plaisir. Maintenant, passons à la dégustation, je t’ai préparé une table avec l’ensemble de la gamme à déguster avec du Parmigiano Artisanal et bien sûr du Jambon de Parme !

Retrouvez toutes les informations sur les Lambruscos importés par Continent du Vin en suivant ce lien.

https://www.cantinapuianello.it/it/ 

Terre dei Buth mise sur son image !

Terre dei Buth – Venetie – Italie

Le nord-Est de l’Italie, est bien connue pour la ville de Venise. Mais la Vénétie, c’est aussi la région de production du Prosecco, vin le plus populaire de la région, apprécié aussi bien des locaux que des touristes.

La demande est tellement importante mondialement que l zone de production a été bien élargie en 2008.
Aujourd’hui ce vin effervessent est produit avec le cépage « Gléra », et le nom d’orignine « Prosecco » est maintenant le nom géographique.

Terre dei buth présente sa nouvelle marque, faite en partenariat avec World Brand Design Society (une organisation à but non lucratif qui défend l’industrie créative et l’éducation dans le monde entier), qui est l’une des références les plus importantes et les plus influentes en matière de conception d’emballages dans le monde.

Les photos ont été prises au célèbre studio photographique Nocera & Ferri, basé à Londres.
Terre dei Buth est convaincu que la reconnaissance de leur marque dans le monde du design est un indicateur positif de l’efficacité de son identité visuelle.

« Terre dei Buth est à l’image de la Vénétie : un symbole de liberté et de simplicité de la vie au contact de la nature. »

Le domaine produit des vins végétalien et authentiques. World Brand Design Society, en charge de la communication à « veillé à ce que l’identité de la marque englobe tout cela : la qualité des produits biologiques et éco-responsables, liée au bien-être d’un mode de vie au rythme lent. […] Une marque connectée à la nature. »

Continent du Vin travaille avec le domaine Terre dei Buth, près de la ville de Trévise, dont les vignes sont plantées sur le fleuve Piave (cuvée Prosecco Frizzante DOC) !

En savoir plus …

Nouvelle étiquette Terre dei buth – Prosecco

Nouvelle étiquette

Sa notoriété n’est plus à faire, Terre dei Buth, est devenu un des produits incontournables de la sélection de Continent du Vin !

Le domaine, situé dans la région de la Vénétie, possède un terroir exceptionnel, composé de galets blancs, qui bénéficie de l’influence de la rivière du Piave. ce terroir confère au Prosecco cette typicité unique que nous lui connaissons.

Le domaine Terre dei Buth, a fait évolué le visuel de ses étiquettes, en rappellant, par le jeu de couleurs et textures, le coté végétal, avec une déclinaisons de visuels rapellant les légumes.

Retrouvez les infos du domaine sur https://continentduvin.fr/importateur-de-vin-du-monde/italie-1/terre-dei-buth/

 

Visite dans les Pouilles chez Guarini. [Episode 2]

– EPISODE 2 –

Nous continuons l’interview qui vous a passionné, de Roberto et Carlo les propriétaires du domaine Guarini au cœur du Salento dans les Pouilles (Puglia)

CdV : Avant de prendre la route, nous avons été choqué par les cimetières d’Oliviers que nous avons traversés dans la Salento, que se passe-t-il ici, et vous avez vous été touché ?

Carlo : Oui, c’est dramatique, la région a été touchée de plein fouet par une bactérie Xylella Fastidiosa qui sévit sur les oliviers de la région. En fait cette bactérie est arrivée du Costa Rica, il y a plus de 8 ans maintenant, transportée par des plants importés par une entreprise Néerlandaise. Elle vient boucher les systèmes circulatoires et par conséquences “veines” de l’olivier causant la mort inéluctable de certaines branches puis rapidement de l’arbre entier. Malheureusement, la variété “Cellina”- variété historique du Salento- est la plus touchée car ces “veines” sont très petites. Pour sa part la variété “Leccino” avec ses veines plus large est résistante, ce qui nous permet de pouvoir toujours produire notre huile d’olive extra vierge à froid si typique du terroir du Salento que Continent du Vin importe si je me souviens bien. On travaille aussi à l’implantation de la variété “favolosa” qui est aussi résistante. On se bat pour maintenir notre production familiale qui a survécu à bien d’autres épisodes douloureux depuis 1065.

CdV : (Après 1 h de conduite) Nous voici arrivé au cœur de votre vignoble, pouvez vous nous expliquer en deux mots ce qui fait sa typicité

Roberto : Comme vous le savez, nos vins sont très identitaires de la région du Salento et des Pouilles et ont aussi leur propre typicité lié à ce terroir qui vous découvrez ici. En effet, nous sommes ici à Torchiarolo sur le lieu dit Piutri. Ce qui fait le miracle de ce terroir c’est d’une part la proximité de la mer Adriatique qui est à moins de 250 mètres de certaines de nos vignes et les sols qui sont sableux, calcaire et riche en matière organique notamment grâce à la pratique de l’Agriculture Biologique depuis des décennies. On a donc une fraicheur naturelle apporté par les vents marins: “salés et balsamiques”.

Carlo: L’autre point essentiel, c’est le travail de la vigne, Roberto, travaille beaucoup avec du compost et des matières organiques, il plante aussi de la féveroles entre les rangs, qui favorise les besoins de la plante en azote et aère naturellement le sol. Ici, on est soumis un peu à l’oidium et aux botritys, dans ces cas, on traite seulement au souffre et au cuivre. On a de la chance avec notre climat la qualité des raisins est quasi constamment au rendez-vous.

CdV : Au niveau encépagement, vous êtes fidèles au cépages historiques?

Roberto : Oui c’est la base pour nous, Negroamaro, Primitivo, Malvasia Nera et Bombino forment le socle de nos encépagements.

CdV : Au chai, quelle est votre philosophie?

Roberto: Le chai c’est la continuité de la vigne. Nous n’utilisons que des levures indigènes, pour les élevages, ils sont faits dans nos cuves bétons ou inox et très rarement en fûts. Nous réalisons une toute petite filtration de nos vins, juste pour garantir les qualités organoleptiques dans le temps. Pour le souffre nous limitons son utilisation au maximum mais nous ne sommes pas au sans souffre intégral.

CdV : Pour conclure si vous deviez décrire en quelques mots les différentes cuvées que nous importons, que diriez vous?

Carlo: Pas facile votre question, mais pour faire court, notre gamme Burdi a pour objectif de faire transparaître la typicité de notre terroir et des nos cépages majeurs, le Negroamaro et le Primitivo. Ce sont des vins typique du Salento et des Pouilles que l’on peut boire dehors en terrasse, entre amis autour d’un bon repas comme des orechiette alla cime di rapa (Pâtes en forme d’oreilles typique du salento accompagné de feuilles de navets, d’huile d’olive, d’ail et d’un filet d’anchois) ou avec une bonne Buratta accompagnée d’huile d’olive et de basilic.

Pour Piutri et Malia, ces sont les vins signatures de Duca Carlo Guarini, ces vins transpirent notre état d’esprit et notre passion. Pour les accords avec les mets, je vous invite à venir découvrir notre gastronomie dans notre restaurant éphémère ouvert tout l’été au domaine…

CdV: Et bien en route…

Mieux comprendre le Barolo

Peuplé d’environ 800 habitants sur une superficie de 5km2, le village de Barolo est situé dans le Piémont (partie Nord-Ouest du pays). Aujourd’hui mondialement reconnu par les experts, les vins de Barolo ont su bâtir leur réputation grâce aux connaissances viticoles des producteurs italiens entremêlant Histoire, héritage, traditions, patience et savoir-faire. Perçons ensemble les mystères de ces grands vins d’Italie.

Continuer la lecture de Mieux comprendre le Barolo