Archives de catégorie : Afrique du Sud

GEL dans les vignes – avril 2021

La Vigne et le Gel dans l’Hémisphère Sud

La période de gel exceptionnelle qu’a connu la France en ce début de printemps 2021, a amené certains d’entre vous à s’interroger sur ce phénomène et à se poser la question de savoir si cela était une question franco-française, ou si le gel pouvait toucher aussi les autres pays viticoles et en particulier les pays de l’hémisphère sud.
Nous vous proposons dans cet article un petit rappel sur les conséquences physiologiques du gel et un petit tour d’horizon du gel à travers l’hémisphère sud.

Le Gel et la Vigne : Pourquoi la période de début de printemps est si importante ?

Augustin Hector Leiva de la Bodega Tamari en Argentine nous rappelle quelques bases sur le gel et ses conséquences. Il explique avant tout que le gel est fortement préjudiciable en fonction du stade physiologique de la vigne. Le graphique suivant reprend les différents stades phénologiques de la vigne. En fait, la vigne devient fortement sensible à partir du stade C et D, si le gel intervient au stade C, on peut encore sauver une partie de la récolte car un autre bourgeon va pouvoir se développer à la base. Cependant, à partir du stade D le gel aura alors des conséquences irrémédiables jusqu’au stade 3 feuilles. Au delà, les dommages peuvent être moindres grâce au redéveloppement d’un nouveau bourgeon.

Stades phénoliques de la vigne

Ce qu’il faut bien comprendre aussi c’est que chaque variété à un niveau de précocité différent, par exemple, le stade « pointe verte » est plus précoce chez le Chardonnay que chez le Pinot Noir. C’est pour cette raison que les vignobles de Chablis ont été très touchés en 2021.
Après un épisode de gel, si on veut espérer une reprise végétative et limiter les pertes de rendement, il est impératif que la vigne ait une bonne nutrition et un apport d’eau suffisant.

Le Gel et la Vigne dans l’Hémisphère Sud

On pense souvent à tord que les incidents climatiques touchant la vigne ne sont réservés qu’à nos pays européens car nous avons une image de l’hémisphère sud un peu faussée. Les vignobles de l’hémisphère sud seraient situés dans des zones très chaudes avec un climat régulier toute l’année. Bien au contraire, les vignobles de l’hémisphère sud sont bien souvent situés au même latitude que ceux du Nord et connaissent des climats relativement similaires à ceux de nos régions européennes à la nuance près que la pression sanitaire (risque de maladie) y est globalement moins forte et rend la vigne plus facile en conduite Biologique et Biodynamique. Bien sûr les saisons y sont inversées donc les vendanges ont lieu entre fin janvier et avril dans l’Hémisphère Sud alors qu’en Europe elles ont lieu entre fin août et fin octobre. Donc les risques de gel préjudiciables à la vigne correspondent plutôt à la période de fin septembre à novembre.

Nous avons interrogé, Tyrrel Myburgh, du petit domaine Bio de Joostenberg à Paarl en Afrique du Sud à ce sujet, voici sa réponse :

« Nous sommes en réalité très chanceux ici à Paarl, car depuis près de 50 ans je n’ai jamais eu de dommages causés par le gel. Les périodes de gel existent chez nous mais seulement pendant l’hiver quand les bourgeons sont dormants. Par contre dans certaines régions viticoles d’Afrique du Sud situées en bordure de côte il n’est pas rare d’avoir des périodes de gel au printemps avec des conséquences similaires à celles que vous connaissez en 2021 en France ».

Du côté du Chili, Stefania Perciavalle, nous donne aussi quelques éléments de réflexion :

« Sur nos vignobles chez Emiliana, nous sommes particulièrement touchés par le gel dans deux appellations d’origine la Casablanca Valley, située le long du pacifique à l’Ouest de Santiago, et Totihue, situé tout près de la cordillère des Andes à 100 km au Sud de Santiago ». Pour essayer d’endiguer ces périodes de gel récurrentes, ces deux vignobles sont équipés d’éoliennes qui vont fonctionner automatiquement dès que les températures passent sous les 2 degrés à midi et évite ainsi à la température au niveau des ceps de descendre trop vite.

Enfin dans la Uco Valley chez Tamari situé à des altitudes supérieures à 1000 mètres, Augustin nous explique pour sa part que les périodes de gel au stade C à E sont finalement assez rare. Par contre son principal problème climatique concerne les orages de grêles qui sont malheureusement très fréquents aussi bien en mars (début des vendanges) qu’en décembre (équivalent de Mai chez nous) avec des conséquences importantes sur les rendements.

En conclusion, les incidents climatiques ne sont malheureusement pas présent que dans les vignobles de France mais bien partout à travers la planète, la vigne a besoin d’un climat à 4 saisons pour donner de grands vins et cela implique des risques quelques fois préjudiciables.

Coronavirus et les vins d’Afrique du Sud : Tertius Boshoff du Domaine Stellenrust

Voici un article très instructif en lien avec le COVID 19 et la situation sud-africaine. Tertius Boshoff de Stellenrust répond à une interview du Wine Mag… Une occasion de mieux comprendre le contexte viticole en Afrique du sud.

Publié le 19 mai 2020 – Winemag.co.za – Christian Eedes

La conversation actuelle sur le Coronavirus et ses effets sur l’industrie viticole sud-africaine est inévitablement très chargée d’émotion.

Nous avons posé la même série de questions à divers acteurs du secteur afin de mieux comprendre ce qui se passe sur le terrain et de tracer la voie à suivre. Voici la réponse de Tertius Boshoff de Stellenrust :

Quel a été l’impact de la crise du coronavirus sur votre entreprise ?

En toute honnêteté, elle a essentiellement mis à l’arrêt notre activité. Nous n’avions même pas fini les vendanges quand ils ont annoncé la première semaine de confinement et nous avons dû attendre la permission de continuer. Venant d’un milieu médical, je comprends parfaitement la gravité de ce virus et son effet potentiellement dévastateur sur l’Afrique du Sud ; surtout au vu de notre secteur de santé publique et de la réalité socio-économique du chômage et de la pauvreté.

Pourtant, certaines des décisions gouvernementales n’étaient pas vraiment bien pensées et leur mise en œuvre avait peu à voir avec le ralentissement de la propagation. Par exemple, le blocage des exportations pendant environ deux semaines nous a coûté à peu près 12 000 bouteilles de Chenin Blanc déjà vendues au monopole finlandais Alko. En outre, dans tout contexte de monopole et de vente au détail dans l’UE ou au Royaume-Uni, la présence en permanence de votre produit sur les rayons est déterminée par les performances basées sur les ventes annuelles. Vous voyez où je veux en venir ? Cette baisse des ventes de 12 000 bouteilles va avoir un effet à long terme. Il s’agit d’un effet boule de neige qui touche l’industrie viticole sud-africaine bien plus profondément… les conséquences sont encore à venir.

Combien d’exploitations viticoles prévoyez-vous de voir disparaître en raison de la pandémie ? Quel avenir pour les viticulteurs ?

Il semble que tous les acteurs du secteur s’efforcent de mettre le vin en vrac sur le marché le plus rapidement possible. Cette semaine, j’ai reçu un mail d’un négociant en vins, avec une liste de vins disponibles à des prix assez élevés, mais le mail disait que les viticulteurs devraient attendre, car les prix ne resteront pas aussi élevés. Et c’est exactement là que le Covid-19 est en train de créer notre infection secondaire du commerce du vin. Je pense que pour survivre, ils vont devoir baisser les prix ou faire des offres promotionnelles – à la fois au niveau du vrac et de la bouteille – juste pour faire circuler le vin pour QUELQUE revenu que ce soit. Il est normal que tout le monde veuille survivre, du producteur à l’embouteilleur, mais l’industrie viticole sud-africaine (en particulier les organisations de WOSA et Vinpro) a fait un excellent travail ces dernières années pour améliorer les prix et le statut du vin sud-africain. Seulement 13% des producteurs en Afrique du Sud sont rentables, résultat d’un héritage déplorable de rabais et de sous-évaluation du produit.

Quels sont vos plans pour se remettre en marche une fois que les restrictions seront assouplies ? En quoi les affaires seront-elles différentes ?

Comme tout le monde, nous nous orientons actuellement vers la vente en ligne et utilisons plus de points de vente que seulement notre propre boutique en ligne pour atteindre les clients. En fait, nous utilisons le plus grand nombre possible de voies d’accès au marché ! Les études de marché faites pendant les récessions ont montrées que la plupart des gens sont généralement moins enclin à acheter des grands vins et boivent ce qu’ils peuvent se permettre. Nous sommes sur le point de connaître la plus grande récession au monde depuis 2008, qui rivalisera probablement avec celle des années 1930. Heureusement, notre gamme de produits comprend des vins d’entrée de gamme et des vins de réserve, dans un portefeuille de plus de 30 références. C’est pour cela que nous réduisons également la gamme pour nous concentrer uniquement sur les vins qui tournent sur des volumes plus importants mais qui paient quand même les factures. Vous ne pouvez parier que sur votre cheval le plus fort pour gagner le derby, n’est-ce pas ? Notre objectif principal est désormais d’atteindre les clients par un marketing plus direct – le B2C est le nouveau B2B et nous avons pour mission de personnifier la marque à travers une approche de vente au détail et de ventes directes aux clients.

À quoi ressemblera le paysage viticole sud-africain après la pandémie ? L’industrie se redressera-t-elle rapidement ou sera-t-elle modifiée à jamais ?

Confucius a apparemment dit : « Seuls les hommes les plus sages et les plus stupides ne changent jamais ». Il n’y a aucun doute que l’industrie du vin changera, mais est-ce que ce sera pour le mieux ou pas ? Cette question reste à répondre. Avec un nombre déjà important de viticulteurs et de marques de vin en difficulté, il est inévitable que cette pandémie provoque des dommages collatéraux. Le paysage va changer. Le commerce de détail et la vente en ligne seront rois dans un avenir proche/court-terme et l’argent liquide sera sa reine. Les nouveaux développements et plantations devront être financés par des capitaux et non par des dettes. Aussi cruel que cela puisse paraître, ce sera une situation de survie des plus forts et peut-être des plus faibles.

Et que Dieu nous bénisse tous comme il a béni Stellenrust!

Retrouvez les vins de Stellenrust importés par Continent du Vin

Le cycle végétatif dans l’Hémisphère Sud

Quel est le cycle végétatif de la vigne dans l’Hémisphère Sud ?

Grande question qui vient à l’esprit de chacun à chaque fois que l’on évoque les vins de l’hémisphère sud. On va de suite mettre fin au fantasme de la double vendange au Chili, en Argentine ou encore en Afrique du Sud. Les vignobles de ces pays sont situés aux même latitudes que nos vignobles européens et donc avec des climats peu ou pas différents.

cycle végétatif 2

Continuer la lecture de Le cycle végétatif dans l’Hémisphère Sud

Portrait de Vigneron – Nick GEBERS – POST HOUSE

Nick GEBERS

Domaine POST HOUSE

nick gebers post house

Lieu de naissance : Sugar Cane Farm à Eshowe Kwa – Afrique du Sud

Un signe particulier : signe astroloogique : Scorpion

Son vin préféré : (de sa production) Missing Virgin en raison de son assemblage inhabituel, son potentiel de vieillissement.

(Hors de sa production) « Je pense que ma dégustation de vin la plus mémorable faisait d’une petite cave de Côte-Rôtie »

Ses autres pays d’exportation : USA Canada Irlande Danemark Allemagne Belgique Royaume-Uni Chine Suède

Sa dernière dégustation (hors vins du domaine) : Guardian Peak Summit 2013 Shiraz Mouvedre Grenache

L’anecdote du producteur :

« Notre agent aux États-Unis – Terry Seits – qui a d’abord importé nos vins au début des années 2000 et qui est encore notre agent américain, a fait découvrir nos vins à sa mère. Elle est devenue une grande fan de la cuvée Penny Black. Elle l’aimait tellement que, quand elle est décédée en 2013, elle a demandé qu’elle soit enterrée avec Penny Black, son vin favori. »

Post house

« J’ai beaucoup d »anecdotes, mais la plupart ne peuvent pas être publiées. » [On imagine bien que tout ça n’est pas très catholique]

Lieu incontournable à voir dans la région : La Grande cage de requins blancs – Gansbaai

Continent du Vin importe les cuvées Merry Widow et Golden Monkey.

Portrait de Vigneron – Tyrrel et Anette – JOOSTENBERG

Tyrrel et Anette MYBURGH

Domaine JOOSTENBERG

Date  de naissance : Tyrrel : 19 Mai 1971 et Anette : 4 Octobre 1973

Ce qui les défini : « Les vins doivent être réels, venir du cœur et ne pas être des produits marketing ! »

 Son vin préféré :Beaucoup de vins différents mais j’aime particulièrement les Syrah en Hermitage (Chave!) ou les Rieslings Alsaciens

Ses autres pays d’exportation : Japon, Pays-Bas, U.S.A., Canada (Quebec). L’exportation représente environ 60% de leur production.

Sa dernière dégustation (hors vins du domaine) : Un Grenache de Swartland (autre région viticole du pays) en Afrique du Sud

L’anecdote du producteur :

« Le domaine est vraiment familial, je suis entouré de toute ma famille. Anette, ma femme, travaille à mes cotés et gère toute la partie marketing (entre autres). Il y a une boucherie sur le domaine qui est tenue par mon père avec une partie restaurant géré par ma soeur. Enfin, mon frère, est l’avocat de Joostenberg. « 

Mountains

Lieu incontournable à voir dans la région :

Il y a beaucoup d’endroits à visiter dans la région : la Table Mountain, les nombreuses plages, Roben Island … ect

 

Continent du Vin importe les cuvées Family Red et Joostenberg chenin 

Stellenbosch – Vin d’Afrique du Sud

Un terroir d’exception à influence européenne

Aujourd’hui 7eme producteur de vins dans le monde (en volume), l’Afrique du Sud a connu de profonds changements historiques, culturels et sociaux. Longtemps colonisée par les pays européens, l’Afrique du Sud a su profiter de cette influence pour développer des vins de grande qualité, produits dans diverses régions aussi riches que complexes. Cap sur Stellenbosch !

Continuer la lecture de Stellenbosch – Vin d’Afrique du Sud